”Autour du monde à Paris”

Je n’avais jamais mis les pieds dans cet endroit avant que j’y aille pour faire un stage. J’étais bien stressée car je n’avais pas beaucoup de temps et quand je suis arrivée, c’était avec quatre minutes de retard. La femme qui a ouvert la porte était très gentille et je crois que, en France, ce n’est pas grave d’être quelques minutes en retard car les autres étaient arrivés après moi.

« Est-ce qu’il y a des phrases qu’on doit utiliser ? », je me suis demandée, mais j’ai fait les bisous de présentation et j’ai fait ce que les autres ont fait. L’ambiance était fragile mais riche de sens et j’étais très nerveuse, même si tous étaient sympathiques.

Nous avons commencé par faire le ménage le lundi et j’ai parlé un peu avec ceux qui travaillent avec moi. Quand la boutique a ouvert, j’étais vraiment nerveuse à cause de la langue. Charlotte, la chef, m’a dit que je devais dire bonjour aux clients et qu’il faut que je les aide s’ils me le demandent. C’était difficile mais je suis arrivée à aider quelques personnes , mais parfois c’était vraiment difficile.

« Pardon, ils font combien les coussins ? Et est-ce que le prix est pour la housse de coussin avec le coussin dedans où seulement la housse de coussin ? » Oh mon Dieu, je sais à peine ce que coussin veut dire et vous posez une question sur la housse de coussin ?

« Pardon? »

« Les housse de coussin, est-ce qu’elles sont à vendre avec les coussins ? » demande-t-elle en regardant les coussins couchés sur le lit à côté d’elle.

« Ah oui ! Oui, le prix est pour tous ! », je dis en souriant. Je suis bête ou quoi ? Les housses de coussin sont des housses pour les coussins, oh la là, la langue de décoration…

La journée est finie ! quatorze heures à Paris ; le nez sur l’établi quatorze heures au stage. Je n’ai pas osé manger au restaurant. Non, j’ai mangé les crêpes Nutella dans ma chambre avant d’aller dormir enfin jusqu’à demain, sans demander mon reste. Mais ma visite à Paris ne ressemble pas beaucoup aux Misérables ; même si le travail était dur et parfois fatigant j’ai passé deux bonnes semaines. Chaque jour j’ai appris quelque chose et le milieu social était vraiment amusant. J’ai eu plein de bons moments et des rires et je parle toujours avec deux des fille sur Facebook ; donc, mon stage ne pouvait pas être meilleur.

Magdalena Dellborg, SP2